Mise en Ligne de Textus & Musica

La revue Textus & Musica créée par Christelle Chaillou-Amadieu (CNRS/CESCM) et Federico Saviotti (Université de Pavie) vient d’être mise en en ligne

Le premier numéro, « Qui dit tradition dit faute ? » La faute dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance, dirigé par Christelle Chaillou-Amadieu et Federico Saviotti rassemble une partie des communications de la troisième rencontre « Philologie et Musicologie » organisée en mai 2017 à Saint-Guilhem-le-Désert par Gisèle Clément (Université de Montpellier, directrice du CIMM, Fabio Zinelli (EPHE-SAPRAT) et les éditeurs du volume. 

La perspective de la rencontre était de faire ressortir les ressemblances et les divergences dans le traitement, théorique et pratique, des erreurs léguées par les traditions philologique et musicologique. Les contributions montrent de multiples facettes aussi bien sur l’exploitation de la faute par le chercheur que sur la conception même de l’erreur à l’époque où ont été́ produites – et reproduites – les œuvres étudiées. 

Deux articles du numéro prennent comme support d’étude le Manuscrit du Roi, Paris BnF fr. 844 :

 Les dansas du Chansonnier du Roi (Paris, BnF, fr. 844) : à la recherche de fautes dans un corpus d’unica(Federico Saviotti et Christelle Chaillou-Amadieu)

Fautes musicales et fautes textuelles dans les lais lyriques transmis par les chansonniers du Roi (M) et de Noailles (T) (Francesco Carapezza)


Transcription automatique des feuillets du Manuscrit du Roi

Après avoir entraîné l’algorithme de reconnaissance automatique de zones de textes et de lignes pendant quelques semaines sur un nombre plus important de feuillets, les résultats sont tout à fait positifs : la reconnaissance automatique des lignes est très satisfaisante, alors que la reconnaissance des zones présente encore quelques éléments de difficulté – par exemple, il a fallu renoncer à la reconnaissance des lettres ornées en tant que texte. Elles ont été par conséquent balisées en tant qu’images (cf. capture d’écran du f. 1ra). On rendra compte de leur statut textuel après l’export des transcriptions, à l’aide du balisage plus raffiné proposé par la TEI.

Les tests effectués sur la prédiction du texte donnent des résultats presque parfaits : à l’exception de quelques copistes qui présentent des écritures plus cursives et donc plus difficiles à lire par l’algorithme (c’est par exemple le cas des ajouts de la main A 21, cf. capture d’écran, colonne b du feuillet), la prédiction du texte présente très peu de fautes de transcription. Presque systématiquement il faut encore corriger à la main la transcription de la lettre v en début de mot, les lettres ligaturées, certains signes de ponctuation comme le point médian et le punctus elevatus, ainsi que les mots rédigés par les copistes entre deux lignes différentes. A l’exception de ces quelques cas de figure, l’état positif des résultats nous permet de lancer la prédiction du texte sur tout le Manuscrit du Roi.

Dans la mesure où la partie textuelle est prête pour être traitée de manière automatique dans sa totalité, on envisage de passer à l’entraînement de l’algorithme pour les zones des feuillets occupées par les mélodies, qui seront balisées toujours en tant qu’images, mais à partir de la balise Music. Dans quelques semaines nous aurons les premiers résultats.

Progrès de l’algorithme de reconnaissance automatique de la mise en page du Manuscrit du Roi

L’algorithme mis au point par Jean-Baptiste Camps (ENC) permet des avancées importantes dans la transcription du Manuscrit du Roi réalisée avec le logiciel Transkribus. Une première reconnaissance automatique de la mise en page du Manuscrit du Roi dans sa totalité vient d’être finalisée : depuis hier, l’algorithme s’avère capable de reconnaître et d’identifier les zones de texte et les lignes de tous les feuillets du Manuscrit du Roi.

Les résultats de la reconnaissance varient en fonction de la mise en page des feuillets du manuscrit : la reconnaissance automatique est plus aisée lorsque les feuillets se structurent en colonnes et en l’absence d’initiales à antennes, qui parfois empêchent l’identification correcte des colonnes. Un autre aspect qui demeure également problématique est l’ordre de lecture des zones de la page manuscrite, qui pour l’instant nécessite encore le recours à la correction manuelle de manière systématique. Cela montre que l’algorithme est encore incapable d’appréhender dans sa totalité la mise en page du Manuscrit du Roi, particulièrement complexe et raffinée, présentant à la fois du texte, de la notation musicale mais également un riche décor, et plusieurs couches de réécritures médiévales et modernes dans les marges et dans les interlignes. Ces composantes multiples, qui peuvent donner jusqu’à douze zones de texte différentes dans un seul feuillet, nécessitent encore l’intervention de l’œil humain afin d’être hiérarchisées de manière linéaire. Viola Mariotti (CESCM) entraîne l’algorithme à comprendre la hiérarchie de la page manuscrite par la correction des zones et des lignes de texte lues de manière fautive. Le choix d’un échantillon de feuillets particulièrement représentatifs et correctement traités par Trankribus permettra à l’algorithme de faire une nouvelle lecture avec détection précise de l’ensemble des feuillets.

Une fois que  la reconnaissance automatique des zones de texte et de lignes sera moins approximative, il sera possible de lancer la prédiction du texte (pour l’instant cette étape n’a concerné qu’un échantillon de feuillets, dans l’attente d’une meilleure reconnaissance des zones de texte et de ligne, cf. photo du f. 20r), qui permettra la transcription automatique des pièces lyriques contenues dans le Manuscrit du Roi.

Paris, BnF, fr. 844, f. 20r : un exemple de l’entraînement de la reconnaissance automatique de la mise en page et de la prédiction du texte du Manuscrit du Roi (après correction manuelle). Capture d’écran de V. Mariotti.

Reconnaissance automatique des écritures du Manuscrit du Roi

Jean-Baptiste Camps (ENC) a testé la reconnaissance automatique des écritures du Manuscrit du Roi sous le logiciel Transkribus avec des résultats tout à fait encourageants : l’algoritme de reconnaissance du texte entraîné sur le manuscrit BnF, fr. 412 par Jean-Baptiste Camps, Ariane Pinche (ENC) et Thibault Clérice (ENC) permet de reconnaître automatiquement les écritures du manuscrit du Roi. Il sera bientôt possible de passer à la phase de transcription automatique du manuscrit. Pour ce faire, il sera nécessaire d’entraîner davantage le logiciel Transkribus et transcrire de manière allographétique  10% des feuillets (environ 1 feuillet par main). Viola Mariotti (CESCM) procède actuellement à cette tâche.

(Capture d’écran de J.B. Camps :
la transcription automatique avec Transkribus du f. 24r du Manuscrit du Roi, BnF, fr. 844)

Textus & Musica : une nouvelle revue au carrefour de la musicologie et de la philologie

Christelle Chaillou-Amadieu (CNRS – Université de Poitiers – CESCM) et Federico Saviotti (Università di Pavia) viennent de fonder Textus & Musica,une nouvelle revue en ligne qui se propose d’accueillir des articles transdisciplinaires portant à la fois sur la musicologie et la philologie. La revue sera publiée sur le site de l’Université de Poitiers – CESCM et elle s’articulera en deux publications par an : un premier fascicule centré sur une publication thématique (environ 10 articles) ; un second fascicule centré sur une publication Varia (minimum 5 articles). Les deux fascicules comporteront également une section Notes, qui regroupera des ébauches de projets, des éditions et d’autres publications présentant des formats particuliers, originaux et brefs.

Direction :

  • Christelle Chaillou-Amadieu (CNRS – CESCM– Würzburg Universität)
  • Federico Saviotti (Università di Pavia)

Comité scientifique :

  • Charles M. Atkinson (Ohio State University)
  • Claudio Galderisi (Université de Poitiers-CESCM)
  • Andreas Haug (Universität Würzburg)
  • Maria Sofia Lannutti (Università di Firenze)
  • Maria Luisa Meneghetti (Università di Milano)
  • Fabio Zinelli (EPHE)
  • Michel Zink (Académie française)

Comité de rédaction :

  • Antonio Calvia (Università di Pavia)
  • Davide Checchi (Università di Pavia)
  • Clément Frouin (Université de Montpellier)
  • Luca Gatti (Università di Padova)
  • Kristin Hoefener  (Universität Würzburg)
  • Viola Mariotti (Université de Poitiers – CESCM)
  • Fedon Nicolaou  (Université de Montpellier)
  • Fabio Sangiovanni (Università di Padova)

Secrétaire de rédaction :

Viola Mariotti (Université de Poitiers – CESCM).

Édition et mise en ligne WEB :

Vanessa Ernst-Maillet (Université de Poitiers – CESCM).

Le premier numéro (2020)

Le premier numéro, en cours de publication, sera articulé de la manière suivante :  le premier fascicule (thématique) paraîtra à l’automne 2020 et le second (varia) à la fin de l’année 2020 – début de l’année 2021.

La thématique du fascicule 1 est la faute dans les corpus chanté du Moyen Âge et de la Renaissance. Cette thématique est tirée du 1er congrès franco-italien organisé par G. Clément, C. Chaillou-Amadieu, F. Saviotti et F. Zinelli à Saint-Guilhem-le-Désert (Musée de l’Abbaye de Gellone) du 21 au 24 mai 2017. Le fascicule rassemble les communications qui ont porté sur la faute. Le  fascicule 2 du premier numéro de la revue rassemble les communications du congrès de Saint-Guilhem-le-Désert qui se démarquent de la thématique de la faute.

Le deuxième numéro (2021)

Le deuxième numéro de Textus & Musica de 2021 sera structuré à partir  des communications tenues à l’occasion du IVe congrès franco-italien  organisé par G. Clément, C. Chaillou-Amadieu, F. Nicolaou, F. Saviotti, F.  Zinelli à l’abbaye de Morimondo (MI) du 1er au 4 juin 2019 (« Lingua e musica nei corpora cantati del Medioevo e del Rinascimento »).

ANR MaRITEM – Avancée des travaux

Prolongation de l’ANR MaRITEM et nouvelles recrues

À cause de la pandémie du Covid-19, le CNRS a accordé une prolongation automatique de 6 mois à l’ANR MaRITEM, qui se terminera donc en avril 2023.

L’équipe de l’ANR MaRITEM s’élargit à de nouvelles recrues : à partir du 1er septembre 2020, Viola Mariotti intégrera l’ANR en tant qu’ingénieure de recherche et s’occupera de l’édition numérique du corpus français du Manuscrit du Roi ; en mars 2021 pourrait s’ajouter à l’équipe un stagiaire du master TNAH de l’École nationale des chartes afin de travailler à la création d’un prototype pour la mise en ligne de l’édition.

Workshop à Würtzburg en décembre 2020

L’équipe MaRITEM envisage d’organiser un workshop en présentiel à Würtzburg en collaboration avec l’institut de musicologie au début du mois de décembre 2020. La présentation des premières étapes du projet s’accompagnera d’un premier état des lieux des transcriptions en XML-TEI. Ces premiers résultats nous permettront d’avancer dans la collaboration avec nos collègues allemands. Andreas Haug, qui détient la chaire de musique ancienne de l’institut, dirige le projet Corpus Monodicum dont la perspective est la création d’une database avec une édition des manuscrits représentatifs du domaine latin. Le travail en commun portera sur un échange de technologie et de savoir-faire dont nos deux projets respectifs ont besoin (TEI et MEI). Le logiciel MONO:DI2 développé par l’institut pourrait être un outil essentiel pour l’indexation musicale des mélodies de notre chansonnier.

Projet de livre et programme musical

L’équipe MaRITEM esquisse le projet d’un livre à plusieurs mains sur le Manuscrit du Roi : il s’agira d’une publication de valorisation transdisciplinaire centrée à la fois sur l’histoire du manuscrit, les textes multilingues qui y sont conservés ainsi que le richissime corpus mélodique qui les accompagne.

Le livre sera lié au programme musical prévu dans la réalisation du projet et déjà en cours de délimitation. Brice Duisit, chanteur et viéliste qui dirige l’ensemble La Douce Semblance, travaille avec nous en partenariat avec le Centre international des musiques médiévales dirigé par Gisèle Clément, également membre de ce projet. Le programme musical, qui fera l’objet d’une série de concerts et d’un enregistrement, est centré sur le Manuscrit du Roi et tâchera de représenter toute la variété de notre corpus. Plusieurs résidences de travail sont déjà prévues au CIMM.

Journée de lancement de l’ANR Maritem

Le 4 juin 2019 a eu lieu à l’Université Pavie la première journée d’études de l’ANR Maritem. Sept membres du programme étaient présents : Gisèle Clément, Christelle Chaillou-Amadieu, Federico Saviotti, Jean-Baptiste Camps, Fañch Thoraval, Christelle Cazaux-Kowalski et Isabelle Ragnard.

Cette première journée fut l’occasion de présenter le projet. Chaque membre a présenté les compétences et le savoir-faire qu’il apporterait à la réalisation de ce programme. Une première ligne directrice fut tracée avec une répartition de certaines tâches. Cette concertation a permis également de délimiter précisément le profil du poste à pourvoir.

La journée s’est déroulée à la suite du congrès Philologie et Musicologie car ce projet interdisciplinaire est né de ces rencontres et des collaborations qui s’y sont nouées.

Christelle Chaillou-Amadieu

ANR Maritem

Dans ce carnet Maritem seront présentées les avancées et les actualités du projet ANR Maritem (« Manuscrit du Roi, Paris, BnF fr. 844. Image, Texte, Musique » ; 2019-2022) dirigé par Christelle Chaillou-Amadieu (CNRS/CESCM de Poitiers, Universität Würzburg). Élaboré dans la seconde moitié du XIIIe siècle, le Manuscrit du Roi renferme six cent deux pièces musicales issues de plusieurs traditions musicales et linguistiques. Le codex contient des chansons de trouvères et de troubadours, des motets, des œuvres instrumentales, et quelques pièces religieuses. Certains espaces blancs sont comblés quelques années après la première phase de consignation : des pièces sont ajoutées, elles aussi de provenance diverse. Par l’assemblage de plusieurs répertoires et l’usage de plusieurs langues (ancien français, ancien occitan, ancien occitan francisé et latin), le codex constitue un support idéal pour l’étude des traditions profanes chantées au XIIIe siècle. Le projet interdisciplinaire se fixe l’objectif de comprendre le façonnement et l’histoire de ce codex, aussi bien dans sa conception matérielle ou dans les processus de composition des œuvres que dans sa réception jusqu’à nos jours au sein de l’interprétation musicale contemporaine des musiques médiévales. Le projet s’attache aussi à étudier les rapports entre les registres profanes et religieux pour délimiter les influences mutuelles en matière de composition musico-textuelle.
Maritem produira une interface en accès libre qui contiendra l’édition numérique musico-textuelle encodée en XML-TEI/MEI, un moteur de recherche qui donnera la possibilité de croiser les données textuelles et musicales, une étude interactive du manuscrit et une collection de partitions destinées à un usage interprétatif. L’interface servira ensuite de prototype propre à l’édition et à l’indexation d’autres chansonniers musicaux en langues française, occitane et allemande.
L’originalité du projet tient à l’étude d’un manuscrit composite dans toutes ses facettes, étude rendue possible grâce aux nouvelles technologies du numérique. La musicologie médiévale œuvre de concert avec la philologie dans la perspective d’offrir des réponses nouvelles sur l’histoire des traditions textuelles, perspective novatrice et porteuse de nouvelles hypothèses sur la transmission écrite des textes et des corpus. Grâce à Maritem, les pratiques profanes de la fin du XIIIe siècle seront donc mieux connues, aussi bien dans leur processus de composition que dans les modalités de leur performance. Les différents répertoires du codex sont ici abordés comme un tout, conformément à leur consignation écrite.