ANR Maritem

Dans ce carnet Maritem seront présentées les avancées et les actualités du projet ANR Maritem (“Manuscrit du Roi, Paris, BnF fr. 844. Image, Texte, Musique” ; 2019-2022) dirigé par Christelle Chaillou-Amadieu (CNRS/CESCM de Poitiers, Universität Würzburg). Élaboré dans la seconde moitié du XIIIe siècle, le Manuscrit du Roi renferme six cent deux pièces musicales issues de plusieurs traditions musicales et linguistiques. Le codex contient des chansons de trouvères et de troubadours, des motets, des œuvres instrumentales, et quelques pièces religieuses. Certains espaces blancs sont comblés quelques années après la première phase de consignation : des pièces sont ajoutées, elles aussi de provenance diverse. Par l’assemblage de plusieurs répertoires et l’usage de plusieurs langues (ancien français, ancien occitan, ancien occitan francisé et latin), le codex constitue un support idéal pour l’étude des traditions profanes chantées au XIIIe siècle. Le projet interdisciplinaire se fixe l’objectif de comprendre le façonnement et l’histoire de ce codex, aussi bien dans sa conception matérielle ou dans les processus de composition des œuvres que dans sa réception jusqu’à nos jours au sein de l’interprétation musicale contemporaine des musiques médiévales. Le projet s’attache aussi à étudier les rapports entre les registres profanes et religieux pour délimiter les influences mutuelles en matière de composition musico-textuelle.
Maritem produira une interface en accès libre qui contiendra l’édition numérique musico-textuelle encodée en XML-TEI/MEI, un moteur de recherche qui donnera la possibilité de croiser les données textuelles et musicales, une étude interactive du manuscrit et une collection de partitions destinées à un usage interprétatif. L’interface servira ensuite de prototype propre à l’édition et à l’indexation d’autres chansonniers musicaux en langues française, occitane et allemande.
L’originalité du projet tient à l’étude d’un manuscrit composite dans toutes ses facettes, étude rendue possible grâce aux nouvelles technologies du numérique. La musicologie médiévale œuvre de concert avec la philologie dans la perspective d’offrir des réponses nouvelles sur l’histoire des traditions textuelles, perspective novatrice et porteuse de nouvelles hypothèses sur la transmission écrite des textes et des corpus. Grâce à Maritem, les pratiques profanes de la fin du XIIIe siècle seront donc mieux connues, aussi bien dans leur processus de composition que dans les modalités de leur performance. Les différents répertoires du codex sont ici abordés comme un tout, conformément à leur consignation écrite.


Auteur/autrice : Christelle Chaillou-Amadieu

Chargée de recherche CNRS-CESCM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.