Mise en Ligne de Textus & Musica

La revue Textus & Musica créée par Christelle Chaillou-Amadieu (CNRS/CESCM) et Federico Saviotti (Université de Pavie) vient d’être mise en en ligne

Le premier numéro, “Qui dit tradition dit faute ?” La faute dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance, dirigé par Christelle Chaillou-Amadieu et Federico Saviotti rassemble une partie des communications de la troisième rencontre « Philologie et Musicologie » organisée en mai 2017 à Saint-Guilhem-le-Désert par Gisèle Clément (Université de Montpellier, directrice du CIMM, Fabio Zinelli (EPHE-SAPRAT) et les éditeurs du volume. 

La perspective de la rencontre était de faire ressortir les ressemblances et les divergences dans le traitement, théorique et pratique, des erreurs léguées par les traditions philologique et musicologique. Les contributions montrent de multiples facettes aussi bien sur l’exploitation de la faute par le chercheur que sur la conception même de l’erreur à l’époque où ont été́ produites – et reproduites – les œuvres étudiées. 

Deux articles du numéro prennent comme support d’étude le Manuscrit du Roi, Paris BnF fr. 844 :

 Les dansas du Chansonnier du Roi (Paris, BnF, fr. 844) : à la recherche de fautes dans un corpus d’unica(Federico Saviotti et Christelle Chaillou-Amadieu)

Fautes musicales et fautes textuelles dans les lais lyriques transmis par les chansonniers du Roi (M) et de Noailles (T) (Francesco Carapezza)


Journée de lancement de l’ANR Maritem

Le 4 juin 2019 a eu lieu à l’Université Pavie la première journée d’études de l’ANR Maritem. Sept membres du programme étaient présents : Gisèle Clément, Christelle Chaillou-Amadieu, Federico Saviotti, Jean-Baptiste Camps, Fañch Thoraval, Christelle Cazaux-Kowalski et Isabelle Ragnard.

Cette première journée fut l’occasion de présenter le projet. Chaque membre a présenté les compétences et le savoir-faire qu’il apporterait à la réalisation de ce programme. Une première ligne directrice fut tracée avec une répartition de certaines tâches. Cette concertation a permis également de délimiter précisément le profil du poste à pourvoir.

La journée s’est déroulée à la suite du congrès Philologie et Musicologie car ce projet interdisciplinaire est né de ces rencontres et des collaborations qui s’y sont nouées.

Christelle Chaillou-Amadieu

ANR Maritem

Dans ce carnet Maritem seront présentées les avancées et les actualités du projet ANR Maritem (“Manuscrit du Roi, Paris, BnF fr. 844. Image, Texte, Musique” ; 2019-2022) dirigé par Christelle Chaillou-Amadieu (CNRS/CESCM de Poitiers, Universität Würzburg). Élaboré dans la seconde moitié du XIIIe siècle, le Manuscrit du Roi renferme six cent deux pièces musicales issues de plusieurs traditions musicales et linguistiques. Le codex contient des chansons de trouvères et de troubadours, des motets, des œuvres instrumentales, et quelques pièces religieuses. Certains espaces blancs sont comblés quelques années après la première phase de consignation : des pièces sont ajoutées, elles aussi de provenance diverse. Par l’assemblage de plusieurs répertoires et l’usage de plusieurs langues (ancien français, ancien occitan, ancien occitan francisé et latin), le codex constitue un support idéal pour l’étude des traditions profanes chantées au XIIIe siècle. Le projet interdisciplinaire se fixe l’objectif de comprendre le façonnement et l’histoire de ce codex, aussi bien dans sa conception matérielle ou dans les processus de composition des œuvres que dans sa réception jusqu’à nos jours au sein de l’interprétation musicale contemporaine des musiques médiévales. Le projet s’attache aussi à étudier les rapports entre les registres profanes et religieux pour délimiter les influences mutuelles en matière de composition musico-textuelle.
Maritem produira une interface en accès libre qui contiendra l’édition numérique musico-textuelle encodée en XML-TEI/MEI, un moteur de recherche qui donnera la possibilité de croiser les données textuelles et musicales, une étude interactive du manuscrit et une collection de partitions destinées à un usage interprétatif. L’interface servira ensuite de prototype propre à l’édition et à l’indexation d’autres chansonniers musicaux en langues française, occitane et allemande.
L’originalité du projet tient à l’étude d’un manuscrit composite dans toutes ses facettes, étude rendue possible grâce aux nouvelles technologies du numérique. La musicologie médiévale œuvre de concert avec la philologie dans la perspective d’offrir des réponses nouvelles sur l’histoire des traditions textuelles, perspective novatrice et porteuse de nouvelles hypothèses sur la transmission écrite des textes et des corpus. Grâce à Maritem, les pratiques profanes de la fin du XIIIe siècle seront donc mieux connues, aussi bien dans leur processus de composition que dans les modalités de leur performance. Les différents répertoires du codex sont ici abordés comme un tout, conformément à leur consignation écrite.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search