Mise en Ligne de Textus & Musica

La revue Textus & Musica créée par Christelle Chaillou-Amadieu (CNRS/CESCM) et Federico Saviotti (Université de Pavie) vient d’être mise en en ligne

Le premier numéro, “Qui dit tradition dit faute ?” La faute dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance, dirigé par Christelle Chaillou-Amadieu et Federico Saviotti rassemble une partie des communications de la troisième rencontre « Philologie et Musicologie » organisée en mai 2017 à Saint-Guilhem-le-Désert par Gisèle Clément (Université de Montpellier, directrice du CIMM, Fabio Zinelli (EPHE-SAPRAT) et les éditeurs du volume. 

La perspective de la rencontre était de faire ressortir les ressemblances et les divergences dans le traitement, théorique et pratique, des erreurs léguées par les traditions philologique et musicologique. Les contributions montrent de multiples facettes aussi bien sur l’exploitation de la faute par le chercheur que sur la conception même de l’erreur à l’époque où ont été́ produites – et reproduites – les œuvres étudiées. 

Deux articles du numéro prennent comme support d’étude le Manuscrit du Roi, Paris BnF fr. 844 :

 Les dansas du Chansonnier du Roi (Paris, BnF, fr. 844) : à la recherche de fautes dans un corpus d’unica(Federico Saviotti et Christelle Chaillou-Amadieu)

Fautes musicales et fautes textuelles dans les lais lyriques transmis par les chansonniers du Roi (M) et de Noailles (T) (Francesco Carapezza)


Transcription automatique des feuillets du Manuscrit du Roi

Après avoir entraîné l’algorithme de reconnaissance automatique de zones de textes et de lignes pendant quelques semaines sur un nombre plus important de feuillets, les résultats sont tout à fait positifs : la reconnaissance automatique des lignes est très satisfaisante, alors que la reconnaissance des zones présente encore quelques éléments de difficulté – par exemple, il a fallu renoncer à la reconnaissance des lettres ornées en tant que texte. Elles ont été par conséquent balisées en tant qu’images (cf. capture d’écran du f. 1ra). On rendra compte de leur statut textuel après l’export des transcriptions, à l’aide du balisage plus raffiné proposé par la TEI.

Les tests effectués sur la prédiction du texte donnent des résultats presque parfaits : à l’exception de quelques copistes qui présentent des écritures plus cursives et donc plus difficiles à lire par l’algorithme (c’est par exemple le cas des ajouts de la main A 21, cf. capture d’écran, colonne b du feuillet), la prédiction du texte présente très peu de fautes de transcription. Presque systématiquement il faut encore corriger à la main la transcription de la lettre v en début de mot, les lettres ligaturées, certains signes de ponctuation comme le point médian et le punctus elevatus, ainsi que les mots rédigés par les copistes entre deux lignes différentes. A l’exception de ces quelques cas de figure, l’état positif des résultats nous permet de lancer la prédiction du texte sur tout le Manuscrit du Roi.

Dans la mesure où la partie textuelle est prête pour être traitée de manière automatique dans sa totalité, on envisage de passer à l’entraînement de l’algorithme pour les zones des feuillets occupées par les mélodies, qui seront balisées toujours en tant qu’images, mais à partir de la balise Music. Dans quelques semaines nous aurons les premiers résultats.

Progrès de l’algorithme de reconnaissance automatique de la mise en page du Manuscrit du Roi

L’algorithme mis au point par Jean-Baptiste Camps (ENC) permet des avancées importantes dans la transcription du Manuscrit du Roi réalisée avec le logiciel Transkribus. Une première reconnaissance automatique de la mise en page du Manuscrit du Roi dans sa totalité vient d’être finalisée : depuis hier, l’algorithme s’avère capable de reconnaître et d’identifier les zones de texte et les lignes de tous les feuillets du Manuscrit du Roi.

Les résultats de la reconnaissance varient en fonction de la mise en page des feuillets du manuscrit : la reconnaissance automatique est plus aisée lorsque les feuillets se structurent en colonnes et en l’absence d’initiales à antennes, qui parfois empêchent l’identification correcte des colonnes. Un autre aspect qui demeure également problématique est l’ordre de lecture des zones de la page manuscrite, qui pour l’instant nécessite encore le recours à la correction manuelle de manière systématique. Cela montre que l’algorithme est encore incapable d’appréhender dans sa totalité la mise en page du Manuscrit du Roi, particulièrement complexe et raffinée, présentant à la fois du texte, de la notation musicale mais également un riche décor, et plusieurs couches de réécritures médiévales et modernes dans les marges et dans les interlignes. Ces composantes multiples, qui peuvent donner jusqu’à douze zones de texte différentes dans un seul feuillet, nécessitent encore l’intervention de l’œil humain afin d’être hiérarchisées de manière linéaire. Viola Mariotti (CESCM) entraîne l’algorithme à comprendre la hiérarchie de la page manuscrite par la correction des zones et des lignes de texte lues de manière fautive. Le choix d’un échantillon de feuillets particulièrement représentatifs et correctement traités par Trankribus permettra à l’algorithme de faire une nouvelle lecture avec détection précise de l’ensemble des feuillets.

Une fois que  la reconnaissance automatique des zones de texte et de lignes sera moins approximative, il sera possible de lancer la prédiction du texte (pour l’instant cette étape n’a concerné qu’un échantillon de feuillets, dans l’attente d’une meilleure reconnaissance des zones de texte et de ligne, cf. photo du f. 20r), qui permettra la transcription automatique des pièces lyriques contenues dans le Manuscrit du Roi.

Paris, BnF, fr. 844, f. 20r : un exemple de l’entraînement de la reconnaissance automatique de la mise en page et de la prédiction du texte du Manuscrit du Roi (après correction manuelle). Capture d’écran de V. Mariotti.