Avancée des travaux de l’ANR Maritem

Fin des transcriptions du Manuscrit du Roi

L’ANR Maritem annonce avec plaisir la fin des transcriptions graphématiques et allographétiques du Manuscrit du Roi (215 feuillets ground truth). Une nouvelle étape des travaux peut dès lors commencer : l’édition XML des pièces lyriques conservées dans le célèbre chansonnier.

Colloque international Que note la notation ? (Institut de Civilisations, Arts et Lettres, INCAL-UCLouvain, 1er-2 mars 2021)

Christelle Chaillou-Amadieu, Brice Duisit, Anna Jalving et Karl Naegelen participeront au colloque international Que note la notation ?, qui aura lieu du 1er au 2 mars prochains à Louvain-la-Neuve. Leur communication Interpréter la notation musicale du XIIIe siècle : l’exemple du Manuscrit du Roi, Paris, BnF fr. 844 interroge la performance des partitions présentes dans le Manuscrit du Roi et propose également une représentation chantée avec accompagnement instrumental de quelques pièces représentatives du chansonnier.

En voici le résumé :

L’interprétation de la notation musicale du XIIIe siècle anime et divise depuis le milieu du XIXe siècle, aussi bien chez les musicologues que chez les musiciens. Les multiples approches se heurtent à une tradition qui nous semble lacunaire, notamment en ce qui concerne le rythme, l’accompagnement instrumental, les tempi ou les altérations, tout autant d’éléments intégrés dans la partition moderne. Pour les chansons sans notation rythmique (les chansons de la tradition courtoise), une même pièce peut faire l’objet d’une multitude d’interprétations différentes. Cependant, toutes découlent, même si les musiciens s’en défendent, de théories savantes exposées par différents courants de pensée depuis un peu plus d’un siècle. En ce qui concerne la musique mesurée, nous observons au contraire une plus grande rectitude, comme si tout écart à l’école de pensée dominante était impossible. Toutefois, en remontant le fil de l’interprétation musicologique, notamment celle qui concerne le rondeau ou le motet, certaines thèses fondatrices sur lesquelles reposent l’interprétation actuelle (musicale et scientifique) s’avèreraient fragiles ou du moins discutables.